2012

Danse Place Nervienne

Projet de Master2, FPMs, UMONS

Projet Lauréat du prix de la Terre Cuite (Meilleur projet académique) et sélectionné pour le concours international Archiprix Moscow 2013 (Voir ici)


Vue du bâtiment projeté depuis la place Nervienne

Schéma fonctionnel

Mons 2015, capitale européenne de la culture

« Where technology meets culture »

Ce projet s’inscrit dans la logique de développement de la ville en vue de l’évènement. Il prend place sur la place Nervienne, longue place de Mons aujourd’hui uniquement destinée au stationnement. Le programme comprend une maison de la danse (Salle de spectacle, studios de répétition, accueil, foyer, restaurant et bureaux administratifs) proposant également 20 appartements pour loger les troupes de danseurs sur place et favoriser leur travail. D’autre part, le projet vise à libérer la place Nervienne de la voiture tout en doublant l’offre de stationnement. Ainsi, un parking souterrain est créé et la place devient une place piétonne.

Les différents volumes s’organisent autour d’un patio central, fédérateur de relations entre les différentes parties du batiment. Les différents volumes s’orientent et s’organisent suivant une gradation s’inspirant de celle initiée par le contexte urbain alentour.


Plan masse et plan de circulation

Idée génératrice et principe structurel

L’échange

Idée génératrice

L’idée génératrice de ce projet est l’échange, mis en scène à plusieurs échelles : de l’oeil de l’individu évoluant sur le site à la dimension urbaine de la ville. Premièrement, le concept structurel du bâtiment lui-même vise à promouvoir la découverte de la danse contemporaine grâce à une relation visuelle directe entre le public, les habitants et les danseurs en répétition. La structure du bloc de logement est également pensée de manière à ouvrir généreusement les lieux de vies sur la ville. En revanche, la salle de spectacle est une boite fermée permettant de privilégier la relation du spectacle imaginée par le metteur en scène. A ce titre, plusieurs configurations de scène sont possibles grâce à des gradins rétractables.

Ensuite, l’échange est mis en scène au niveau urbain, grâce à l’interpénétration d’un équipement culturel public et les flux plus importants de la ville. Là encore, depuis l’accueil du bâtiment, un échange visuel met en scène l’entrée de l’automobile dans le parking souterrain. De plus, l’éclairage du parking est assuré à 70% grâce à l’éclairage naturel par l’intermédiaire de dalle de pavé de verre en surface.


Détail de construction / structure

Plans et coupes

Vue de la ville de Mons depuis l’un des appartements

Maquette resituée dans son contexte urbain

Logique d’enveloppe

La logique d’enveloppe est développée dans la continuité du raisonnement selon la logique de l’échange. En effet, c’est par le choix de l’enveloppe que l’on vient graduer ces échanges selon le niveau de perméabilité souhaité.

Les volumes principaux sont habillés d’une peau en acier inoxydable poli par projection de perles céramiques qui lui donne un aspect nacré. En effet, ce matériau satiné reflète de manière diffuse l’ambiance de son environnement ce qui permet de le faire vivre avec son contexte. De plus, il donne un aspect homogène à l’ensemble du projet et son aspect contemporain, sa texture et sa luminosité font office de signal singulier dans la ville de Mons.

Aménagements urbains

L’entrée sur la place s’effectue par un changement de revêtement et une légère différence de niveau sur la voirie, marquant à l’automobiliste l’entrée sur un espace piéton. Ce revêtement en pierre bleue de Belgique, permet de marquer les espaces d’entrée et de sortie sur la place.

La lumière naturelle est apportée au parking par des larges ouvertures en dalles de pavés de verre dans la continuité de l’alignement d’arbre.


Le parking souterrain
MATTHIEU DEFENIN